L’estime de soi et la confiance en soi sont souvent confondues, à tort. La confiance en soi c’est la confiance que l’on a dans ses capacités : une personne dotée d’une bonne confiance en elle sait qu’elle sait faire, qu’elle va pouvoir faire face, atteindre ses objectifs soit parce qu’elle dispose déjà des capacités nécessaires et qu’elle en a conscience soit parce qu’elle sait évaluer ce dont elle a besoin pour réussir, y arriver et qu’elle va s’en donner les moyens.

L’estime de soi c’est le mix entre l’image, la représentation que l’on a de soi (comment je me vois ?), l’amour de soi et la valeur de soi. Il est davantage question ici de « l’être » de la personne et de son identité que de ses capacités même si la confiance en soi participe à l’estime de soi : se sentir compétent peut favoriser une bonne image de soi ou le sentiment de valeur personnelle.

Certaines personnes compensent d’ailleurs une faible estime d’elle-même lié à un sentiment de honte ou d’indignité (manque d’amour de soi) par de la confiance en soi ; elles réussissent professionnellement par exemple ce qui leur permet de donner le change mais ressentent au fond d’elle un mal-être qui les habite le plus souvent depuis l’enfance ou un sentiment d’imposture. A contrario, on peut se penser plein de valeur parce qu’on s’est senti aimé enfant mais avoir un déficit d’apprentissage ou simplement de conscience de ses capacités qui entrave la confiance en soi.

Nelly Rozier